De l’éducabilité

Le bonheur c’est la capacité ancrée en soi à repousser ce qui nous nuit. A travers les relations interpersonnelles — le couple en particulier — c’est une façon de se connaître soi-même à travers l’autre. Et aimer l’autre, c’est s’aimer soi-même en l’autre. C’est en ce sens qu’une relation « harmonieuse » est impossible dans l’absolu. Car la présence de l’autre nous renvoie à nous-mêmes (dans ce qu’on n’aime pas toujours savoir de soi).

Comment dès lors se préserver de la potentialité toxique d’une relation ? Par toxique, on entend quelque chose qui nous mine ; devoir intégrer de la violence (en actes et paroles), du mépris, de l’indifférence,…

Il n’y a pas vraiment de formule magique dans le sens où l’Homme se découvre lui-même dans un processus qui dure toute une vie (individuation), et il se découvre en grande partie dans les interactions avec ses semblables, en particulier dans l’altérité (et l’intimité).

Cependant il existe une variable qui peut valoir son salut, c’est-à-dire l’accès à un certain bonheur (durable) : le principe d’éducabilité. Il s’agit de développer en soi la capacité à s’éduquer. Apprendre plus de choses, de façon à pouvoir élargir son spectre, son champ de vision, voir la vie de façon plus large, avoir d’autres attentes (de soi et des autres), se transformer, devenir un autre soi.

Apprendre, savoir, connaître, sont autant de facteurs qui nous font grandir, qui nous font vibrer/rayonner autrement. Ce qui nous amène à attirer à soi d’autres types d’énergie, tandis qu’on repousse très naturellement d’autres types bien plus néfastes.
Jusqu’à arriver à se demander un jour : « Comment ai-je fait pour avoir supporté cela » ?

La vie, dans une perspective d’élévation, nous amène — doit nous amener — à développer une répulsion naturelle à la médiocrité. Car le bonheur, c’est peut-être la capacité naturelle, ancrée en soi, à repousser ce qui nous nuit.

D’où sans doute cette prédisposition naturelle à apprécier le beau, le vrai, le lumineux. Les âmes tourmentées pouvant, malgré elles, apprécier un tout autre type d’énergie qui les maintient dans des dispositions qui les font souffrir, et qui font également souffrir les autres.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.