La PNL (Programmation Neuro Linguistique) a cette faculté de passionner tous ceux qui s’y intéressent.

Et pour cause : la PNL rend intelligible notre expérience subjective. La PNL nous explique par exemple comment est-ce que l’on fait pour penser comme l’on pense (car nous ne faisons pas « exprès » de penser comme nous pensons !), et donc agir de la manière dont nous agissons. Comment nous faisons – au niveau neuro-psychique – pour ressentir les choses comme nous les ressentons. Quels liens nous faisons entre les événements extérieurs, nos comportements, nos aspirations, et nos valeurs. Nous mettons en effet en place, de façon inconsciente, des stratégies qui font que nous obtenons les résultats que nous obtenons. Ainsi si nous avons des stratégies pour réussir, nous avons également des stratégies pour échouer. Et si nous avons des stratégies pour être heureux, nous avons aussi des stratégies pour être malheureux… L’idée peut paraître « simpliste » (et malheureusement la littérature sur le développement personnel en a peut-être effectivement produit quelque chose de très simpliste), mais en réalité il y a beaucoup de bon sens et beaucoup de modèles intéressants qui peuvent nous permettre de cartographier « ce qui se passe et comment ça se passe » dans un contexte bien précis.

L’idée donc, à l’aide d’un praticien, de pouvoir décoder la façon dont on fait une chose et d’éventuellement pouvoir changer l’une ou l’autre chose « dans la séquence » pour obtenir un résultat différent est en soi très stimulante. Nous sommes dans des choses très pratiques, loin des concepts abstraits. Et c’est cet aspect pratique qui a fait de la PNL l’inspiration première du coaching (même si certains coachs ne se revendiquent pas de la PNL, la plupart des outils de coaching se retrouvent dans la PNL).

Si la PNL a généré des approches orientées « performance », les co-fondateurs Richard Bandler et John Grinder, respectivement mathématicien et psychologue se sont inspirés de plusieurs thérapeutes aux approches différentes mais qui avaient la particularité d’exceller au niveau des résultats qu’ils obtenaient avec leurs patients. Mieux que de s’en inspirer, ils ont modélisé ces thérapeutes*, c’est-à-dire qu’ils ont « décodé » comment est-ce qu’ils faisaient pour obtenir les résultats qu’ils obtenaient, de façon à ce que cela puisse être reproduit. Modéliser c’est quelque part « codifier », et de façon très subtile, jusqu’à pouvoir atteindre les mêmes états émotionnels, et donc pouvoir accéder au même type d’énergie (la différence qui fait la différence).

Cela ne se réduit donc pas à copier un aspect purement technique car cela est très facile à faire, même sans être initié à la PNL !

* Les thérapeutes en question furent Fritz Perls (Gestalt therapy), Virginia Satir (constellations familiales), et Milton Ericksson (hypnoses ericksonienne).

La PNL à sa source avait donc un intérêt thérapeutique.

Mettre de la conscience sur des choses que l’on fait inconsciemment est aussi une particularité de la PNL. Et l’intérêt de le faire est de quitter le mode « pilotage automatique » pour aller, en conscience, vers là où on a envie d’aller.

En résumé l’idée du concept de la PNL ressemble à la métaphore d’un ordinateur (hardware) et des programmes (software), à savoir que chaque être humain de par son éducation – son expérience subjective – a été « programmé », ce qu’il a vécu a généré des émotions qui sont restées ancrées dans la mémoire à travers les circuits neurologiques, et les éléments du langage (la linguistique) ont été associés à ces expériences, à ces émotions.

Voilà comment le langage (et le symbole) est, selon la PNL, relié à sa structure profonde, là où nous faisons nos liens. Voilà comment un mot ou une expression peut nous amener à être touché émotionnellement, comment une image peut nous connecter à certains souvenirs (agréables ou désagréables), de même que l’odeur d’un parfum, ou un son particulier, etc.

Nous sommes le fruit de ce que notre corps a enregistré, totalement dépendants des liens que notre esprit à fait de nos expériences de vie. Voilà pourquoi l’idée de « reprogrammation partielle » ne doit pas effrayer, au contraire elle doit nous enchanter ! C’est un chemin vers la Véritable Authenticité, notre identité profonde restant – quoiqu’il arrive dans sa vie – la même, tandis que nos comportements (inspirés par nos valeurs) qui ont tendance à nous conduire vers des situations que l’on préférerait éviter peuvent être transformés, pour aller vers quelque chose de plus adéquat, de plus écologique avec notre système interne. C’est permettre de satisfaire notre for intérieur, et donc faire de nous des êtres plus accomplis. Voilà pourquoi la PNL est un outil particulièrement puissant, qui nous aide à formuler nos objectifs et vers lesquels nous pouvons cheminer selon nos valeurs. D’une façon plus simple, c’est aller vers plus de maturité, aller vers plus d’autonomie, en faisant preuve de plus de discernement.

Voir l’article sur Wikipédia dédié à la PNL.

 

pnl_carte_realité

Schéma puisé dans Le Grand Livre de la PNL, de Catherine Cudicio.

 

 

 

gibran_libres