La jalousie, ce tourment de l’âme

On a parfois du mal à imaginer comment une personne peut être irritée du succès (fusse-t-il présumé) d’autrui ou d’une éventuelle « grâce » qui aurait été accordée [à autrui]. Il est même très désagréable de devoir supporter un regard envieux, qui –  forcément – est malveillant.

Serious businessmen

Alors qu’un esprit serein se réjouira de la réussite d’autrui – se disant que dans la vie on peut récolter de bonnes choses, ou même, pourquoi pas, avoir « de la chance » (bien qu’elle se provoque) et finalement attendre son tour avec confiance – l’esprit tourmenté animé par quelque malveillance ne peut le voir sous cet angle.

Il n’est pas spécialement agréable pour le jaloux d’avoir un ressenti négatif à l’égard de quelqu’un qui ne lui a absolument rien fait. Ce sentiment est un parasite pour celui dont le psychisme le fomente, et il est évidemment peu agréable pour celui qui en subit les ravages. Mais alors pourquoi ? Que ce passe-t-il ? Si se réjouir pour autrui inclut la sérénité, pourquoi dès lors « choisir » d’avoir du ressentiment à l’égard de ce qui est interprété comme une réussite chez autrui ?

 

Le monde n’est que projection

Nous voyons le monde tel que nous sommes. Ce sont exclusivement des éléments de nous-mêmes qui apparaissent dans nos interactions. Et pas uniquement des interactions interpersonnelles, cela concerne ce que nous voyons du monde en général : un coucher de soleil qui nous apaise, le sourire d’un enfant qui nous attendrit, un animal domestique qui nous montre toute sa vulnérabilité, une
paire de chaussures dans une vitrine qui « nous fait de l’œil », une offre d’emploi correspondant à ses compétences (et aspirations), un film qui nous raconte une histoire qui nous parle, et la liste est non exhaustive.

Parce qu’il y a tellement de diversité sur cette planète, notre esprit focalise sur un nombre restreint d’éléments. Notre réalité est donc composée de tout ce qui entre en résonance avec nous-mêmes (ou une partie de nous-mêmes).

vision lunette

 

Mais quel est le lien avec l’envieux ?

Ce que nous voyons chez les autres n’est qu’un retour sur nos propres schémas. Chez l’envieux, ce n’est pas tant votre réussite qui pose problème, c’est plutôt le miroir de son propre échec ! C’est en ce sens que ce dernier est également victime de ce sentiment parasite : c’est « plus fort que lui », il aimerait tellement pouvoir se réjouir pour les bonnes choses qui vous arrivent – même si au fond on n’en est pas vraiment sûr –, mais il ne peut pas ! En réalité, c’est vous qui le provoquez (oui oui !!). Et même si vous le faites à votre insu. Aller au bout de certaines choses et récolter d’éventuels lauriers, c’est montrer toutes ses limites à celui qui n’obtient pas les mêmes résultats.

miroir brisé

Votre réussite peut même paraître insolente, car l’envieux est convaincu avoir les mêmes capacités, [que dis-je] davantage de capacités que vous ! Oui l’envieux se surestime légèrement, car si l’on en croit la loi élémentaire liée  à la causalité (un résultat obtenu étant une suite de causes dont les séquences peuvent être isolées), ne pas obtenir de résultats (ou en obtenir de moins bons, car l’envieux se voit dans un système de comparaison) est une cruelle réalité.

Et comme l’envieux reste convaincu qu’il est au fond plus malin, plus compétent (et plus beau aussi, pourquoi pas) que vous, vous êtes à ses yeux illégitime, ou encore un imposteur, votre succès est usurpé car c’est lui – et lui seul – qui aurait mérité d’avoir ce que vous avez. La vie est tellement injuste n’est-ce pas ?

 

Ces ondes négatives qui circulent

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAIl faut se protéger du regard malveillant. Car ce qu’on appelle « la poisse » n’est qu’une suite de phénomènes. La qualité du regard qui se pose sur vous peut influencer vos propres processus internes. En milieu (ou en présence) hostile, il est peu évident de développer tout son potentiel. Prenez un individu quelconque : avec les mêmes compétences, il obtiendra des résultats différents en fonction de l’endroit à partir duquel il agit.

S’il est en présence de personnes bienveillantes, il recevra des encouragements (implicites, dans le sens où il aura des relations riches et harmonieuses indépendamment des succès qu’il obtient) et se sentira porté par l’énergie de vie, celle du mouvement et de l’abondance (car l’envieux a oublié de se rappeler que le soleil se lève chaque matin et brille pour tout le monde).

Par contre, en présence de personnes malveillantes, c’est une toute autre qualité de regards qui se posera sur lui. Sans comprendre pourquoi ni comment, on peut se sentir miné d’un simple regard, d’une simple présence. Le pouvoir de l’inconscient est si fort qu’il se matérialise. Nous sentons les choses de façon assez objective, puisqu’une personne hostile va développer une attitude non verbale, une façon de parler (le choix des mots aussi), une certaine intonation dans la voix qui seront en cohérence avec des schémas spécifiques. Et forcément que cela peut avoir une influence directe sur notre moral !

Il y de ces gens qui ont cette capacité à vous booster, et les autres qui savent générer un malaise. Tout cela est bien réel, et il est important de savoir – dans le cadre de ses relations – si des personnes vous apportent de l’énergie ou, au contraire, si elles vous en prennent. Attention car dans le pire des cas, certains ont cette capacité à vous miner. Il s’agit du point d’alerte ultime. Avant de partir bien loin.

Les plus empathiques pourront toujours donner des circonstances atténuantes à ces personnes présentes dans leur vie, et qui au final leur apportent si peu. Les liens créés indépendamment de la qualité des retours font partie des raisons pour lesquelles on reste connectés à certaines personnes. Malheureusement, il y a peu de chances que les choses évoluent, et « avoir le triomphe modeste » (comme si on avait intégré que ses accomplissements dérangent) ne change rien. Seul votre malheur pourrait réjouir les cas les plus pathologiques. Mais ne vous inquiétez pas, c’est avec un cynisme à peine voilé que l’envieux vous proposera son aide. Et il pourra le faire très sincèrement. Car le fait d’être en position de vous aider lui rappelle qu’il est au-dessus, et que vous êtes en dessous. Oui, cette vision des choses si particulière (au dessus de / en dessous de) ne fait pas partie des schémas les plus sains. Cela n’aide pas à développer une personnalité harmonieuse.

 

Se protéger… ou guérir

Il est plus qu’important, il est vital, de se protéger des personnes malveillantes. Car la dynamique restera quoiqu’il arrive négative : ou bien vos capacités seront réduites (et bien souvent c’est le cas, certaines personnes vous apportant réellement « la poisse ») ou bien vous continuerez à faire preuve d’abnégation – avec à des paramètres décuplant l’adversité – et continuerez à vous développer et obtenir de nouveaux succès. Ce qui va également décupler la rage de ceux là même qui voudraient vous voir périr !

Il n’y a rien à tirer de pareils schémas. Absolument rien à y gagner.

corneille mérite

Pour celui qui reconnait pouvoir être titillé par le succès d’autrui, c’est une opportunité d’une grande remise en question. Qu’est-ce que cela génère en soi de voir les autres obtenir du succès ? Malheureusement cela touche des schémas psychiques tellement intimes que cela nécessite un grand travail sur soi. Et si l’envieux ne fait pas de cela une priorité – restant convaincu que les autres ont usurpé leurs succès, et qu’il est lui-même victime d’une grande injustice, voire carrément un complot à son encontre – il risque vraiment de recevoir « la monnaie de sa pièce » à travers des relations interpersonnelles peu riches (car non basées sur l’échange désintéressé, les relations restant un « système de comparaison » où ils doivent à tout prix « être au-dessus ») et un fossé qui va se creuser encore entre ce qu’il voudrait être/avoir et qu’il ne sera/n’aura jamais. Sans parler de la somatisation et des états de mal-être qui risquent de se matérialiser. Avoir « mal au ventre » pourrait ainsi prendre tout son sens pour celui qui n’est pas attentif à certains de ses schémas.

Car ce que l’envieux ne sait pas, c’est que bien que la vie semble parfois injuste, il y a très souvent un juste retour des choses. Le temps de savourer ses succès et d’obtenir une vie digne et conforme à ses aspirations. Ou le temps de payer l’addition et assumer une vie médiocre faite d’échecs répétés.

Et parce que les seconds aimeraient tellement voir les premiers s’enliser avec eux, il est important de prendre son [véritable] envol et de couper ces liens toxiques.

Et même s’il vaut sans doute mieux être envié que envieux.

 

Saïd Derouiche

Pour prendre RDV :
Par téléphone : +32 71 10 10 00
Via le formulaire
Voir aussi : Consultation à distance