enneagramme_integraliaPlus qu’un modèle de personnalités, il s’agit d’un modèle dynamique qui permet de comprendre nos motivations profondes, un caractère qui s’est cristallisé en nous des suites de ce que nous avons vécu, de la petite enfance (voire même in utero) à l’adolescence. L’âge adulte confirmant nos fixations, somatiques, émotionnelles ou mentales. Ce qui fait que nous sommes la personne que nous sommes, avec nos motivations personnelles, nos espoirs, nos craintes, nos envies, nos répulsions. Dans un langage un peu plus mystique on pourrait parler d’une « cartographie de l’âme » à travers ses motivations.

L’Ennéagramme est une forme géométrique à 9 côtés qui représente 9 « personnalités », qui sont en réalité 9 façons de voir le monde. La beauté du modèle réside dans son dynamisme, car naturellement, il n’y a pas que 9 types de personnalités.

Le modèle et la tradition qui l’accompagne rejettent toute rigidité, tout formalisme, car il est de bon sens de considérer que c’est au modèle – quel qu’il soit – de s’adapter à l’homme et sa réalité consciente plutôt que l’inverse. De ces « 9 façons de voir le monde », il y a des énergies auxquelles on peut accéder, et d’autres qui nous sont moins évidentes, « moins familières ». L’Ennéagramme nous offre des pistes de réflexion et nous ouvre des potentialités insoupçonnées.

L’Ennéagramme a ainsi été très exploité dans les démarches de développement personnel, mais est aussi un outil pointu d’observations cliniques concernant le domaine de la psychiatrie. Si l’Ennéagramme a (peut-être pas dans sa forme qu’on lui connait aujourd’hui mais dans son contenu) une origine mystique, Claudio Naranjo, médecin, psychiatre, et chercheur chilien, a donné une crédibilité scientifique à l’outil.

C’est donc dans les années 70, et à partir du courant de la psychologie humaniste, que l’Ennéagramme a commencé à être diffusé à travers des conférences, séminaires, livres, etc. Et qu’il a été ainsi rendu accessible au grand public.

Pour ceux qui ont la chance de pouvoir s’être initié au modèle, il peut être très troublant de découvrir pour la première fois son ennéatype (du nom des profils de personnalités décrits par l’Ennéagramme, appelés aussi « bases ») – à travers un atelier d’initiation plutôt qu’une brochure ou livre – tellement la description qui est faite de nos « réflexes naturels » est précise. Ce moment peut-être le début d’une [grande] introspection personnelle. La simplicité apparente du modèle permet d’en saisir progressivement ses subtilités, en parallèle de ce qu’on peut en retirer pour soi. Voilà pourquoi à partir du moment où on a mis le pied à l’étrier, il est facile de porter un intérêt plus poussé à l’outil, tellement il nous parle avec une grande précision de nous-mêmes, tellement il nous présente nos potentialités comme des évidences.

L’Ennéagramme est aussi un très bel outil d’auto-analyse, d’auto-coaching, qui peut nous éviter de passer « des années sur le divan » pour comprendre nos schèmes les plus intimes, et d’en faire quelque chose.

Une formation complète est en cours d’écriture, la date du premier module « A la découverte de l’Ennéagramme et des 9 types de personnalité » sera communiquée prochainement.

 

 

tolstoi_sentiment